>
 Logo
                      Arutam
Accueil Actions Projets Zaparo Savoir Livres Chaman Ethnomédecine Ayahuasca
Los Besotes

Arutam soutient aussi...

les Indiens Arhuacos !


SOULEVEMENT DES QUATRE PEUPLES AUTOCHTONES
DE LA SIERRA NEVADA DE CHUNDWA (SANTA MARTA)
KAGGABA, IKU, WIWA, KAKACHUKWA

Déclaration de SIMONARWA, COLOMBIE, le 21 juillet 2006

Dans nos villages existent encore les Mamos. Ces anciens connaissent notre propre histoire et nos traditions. Ils nous content le passé comme s’il s’agissait d’événements récents. Ils veillent et font des offrandes pour que tout soit bien et sans contretemps. Nous veillons et maintenons nos traditions sur notre Territoire Ancestral délimité par la Ligne Noire tel qu’il est stipulé dans la Résolution n°000002 de 1973 et modifiée par la Résolution n°837 de 1995 du Ministère de l'Intérieur.

Carte de la Sierra Nevada de Santa MartaCette Ligne Noire passe par les Sites Sacrés que nous avons toujours célébrés et délimite notre Territoire Ancestral remis par notre Mère comme l'héritage du passé pour le présent et le futur. Pour nous, la Sierra Nevada (la Montagne Enneigée) représente une Ville Spirituelle, notre rôle est de la veiller, d'en être les gardiens ainsi que celui du Monde. La Montagne est ce que nous voyons, sentons et connaissons depuis notre naissance, depuis que nos ancêtres nous ont donné vie et nous en sommes à l’origine. Nos pères et nos mères spirituels nous ont donné pour mission de préserver la Sierra Nevada. Toutefois, aujourd'hui la responsabilité de sa préservation appartient à tout le monde.
Nous avons œuvré pour que le gouvernement et la civilisation [moderne] respectent  les traditions millénaires des peuples de la Sierra Nevada et prennent en compte les pensées  des habitants de cette Kankurwa (maison sacrée) qui est un corps vivant et complet dont nous prenons soin. Jamais, nous ne pourrons le céder, si nous voulons qu'il continue à fonctionner pour le bien de toute l'humanité. Si nos traditions disparaissent, nous perdrons la possibilité de veiller sur le monde et de maintenir son équilibre, nous ne pourrons pas éviter que le soleil s’éteigne et nous devrons alors vivre ce que personne ne désire.

Notre concept de développement repose sur l'accomplissement de la Loi Originelle, sur la nécessité de retrouver notre vrai Tani, ordonnateur et possesseur de la science, tel que nos premiers pères et mères nous l’ont laissé en guise de constitution. La richesse ne nous intéresse pas. Notre raison d'être consiste à prendre soin de la vie. Quand nous parlons de Notre Territoire, il ne s'agit pas d'un terrain inculte, mais de son caractère sacré symbolisé par les grands pics et les grands sommets.
Toutes ses hautes montagnes de la Sierra Nevada sont des Mamos [chamans]. Ce sont les géniteurs de tout ce qui existe. Et c’est à eux que nous adressons nos offrandes, afin qu’ils veillent à préserver la vie. Ces pics sont de grandes villes, de grands temples, plus ou moins hauts de tous les peuples du monde, les mères et pères de tous les continents et de tous les pays. Ici, les gouvernements sont  représentés par des sommets.

Réunion de
                    mamosSi les gouvernements prenaient conscience de leurs origines, ils ne porteraient pas atteinte à ces véritables reliques qui nous ont désigné comme leur gardien. Ainsi, nos Mamos ont vu la nécessité d’avertir l'humanité entière de leur préoccupation quant aux répercussions qui résulteraient de la disparition de la Sierra Nevada en tant que cœur du Monde. Depuis la conquête espagnole, voici plus de 500 ans, les Blancs imposent leurs lois et croyances. Pour nous peuples indigènes, cela a signifié l’extermination, la destruction, l’humiliation, l’esclavage, la profanation et le pillage de nos Sites Sacrés. Nous sommes encore là, dans notre Sierra Nevada et nous souffrons. Cette souffrance perdure et s'intensifie car actuellement Notre Territoire vit sous la menace de ceux qui ne connaissent pas nos traditions spirituelles millénaires.

Aujourd’hui, nous sommes maltraités du fait de multiples intérêts politiques et économiques qui mettent en danger nos Territoires. Nous sommes victimes de la répression qu'exercent les acteurs armés, légaux et illégaux, initiateurs de grands projets concernant Notre Territoire et contraires aux accords signés entre le Gouvernement et nos Organisations Autochtones. Depuis la conquête, nous subissons des pressions exercées par des religions envahissantes, des modèles éducatifs et médicaux imposés par le Gouvernement, lesquels méconnaissent ce qu’est l’éducation, la santé et un Territoire Sacré.

Projet de Barrage Besotes - Gobierno
                    Colombiano - Coopéracion EspanolaÀ l'heure actuelle, il existe un plan d'exploitation des richesses hydrauliques de la Sierra Nevada comprenant la construction de sept barrages. Deux de ces projets ont déjà commencé. Le barrage sur la rivière Ranchería est en construction avec des machines et génère des mouvements de terre dans des Sites Sacrés. Le barrage sur la rivière Guatapurí dans le secteur de Los Besotes [en amont de Valledupar] est dans la phase de mesures topographiques. Dans le cas du barrage de Ranchería, le peuple Wiwa ignore les supposés accords dont le gouvernement a besoin pour développer ce type de projet en territoire autochtone. Et dans le cas de Los Besotes, un village fort de 40 familles résiste et espère que le Gouvernement et ses partenaires étrangers renonceront à la réalisation de ce projet. Ces barrages font partie d’un plan ambitieux d'aménagement des terres au pied de la Sierra Nevada en vue de établir des monocultures industrielles. Cette proposition nuit à nos Territoires et augmente la dégradation de nos Sites Sacrés. Elle  empêche nos peuples de continuer ses travaux spirituels et ses offrandes pour maintenir l'équilibre du monde.

De plus, nous avons constaté avec beaucoup de préoccupation, que beaucoup de compagnies étrangères recherchent et exploitent les métaux précieux et autres ressources naturelles de notre Territoire, tout comme les colons qui ont détruit les forêts et ont peuplé nos Territoires sacrés avec l’agriculture et le bétail en y faisant des fumigations chimiques. Ainsi des colons et des étrangers ont extrait la plupart de nos reliques [ossements ?] et nos richesses naturelles qui, transformées en argent, sont prêtées pour nous laisser sans terre.

Nos montagnes sont également attaquées et se retrouvent face à une grande menace de la société civile par le biais du Gouvernement National. Des antennes ont été implantées sur certains sommets sacrés parmi les plus importants, comme c'est le cas pour le Mont INARWA. D’autres sont prêtes à être construite à cause du Traité du Libre Commerce (TLC) récemment signé entre la Colombie et les Etats-Unis. La construction de ces antennes est une grande menace pour la survie de nos peuples et de nos cultures. Pour nous, la construction de ces antennes sur ces Collines Sacrées sont comme des couteaux plantés dans notre cœur. L'acceptation de projets de transports massifs comme les aéroports et les téléphériques constitue une violation à notre Loi Originelle qui s'ajoute aux perspectives d'exploitation touristique de notre territoire. Par conséquent, nous ne sommes pas d'accord et nous ne le permettrons pas dans notre Maison Sacrée.

Nous sommes des victimes sans défense du conflit interne armé que vit la Colombie. A cause de l'effusion de sang  dans notre Maison Sacrée, les acteurs armés, légaux et illégaux profanent, violent et ne respectent pas les Sites Sacrés à offrandes, la nature, l'eau et l'air. Les victimes sont des autochtones, mais aussi nos petits frères (les non autochtones), de sorte que la vie elle-même est bafouée.

Nous voyons aussi avec préoccupation la proposition du Gouvernement d'acheter des terres à l’intérieur de la Ligne Noire pour les offrir aux groupes armés illégaux qui déposeraient les armes [appelé offre de réinsertion]. Nous avons été clairs sur le fait que nous ne voulons pas de ces personnes dans nos territoires ancestraux. Nous acceptons seulement les personnes en réinsertion appartenant à un de nos quatre peuples. Nous leurs donnerons un traitement juste en accord avec notre propre justice et tradition.
Quant à notre gouvernement et à notre tradition, toutes les autorités doivent travailler en accord avec les Mamos, comme par exemple les enseignantes et enseignants de toute branche qui doivent maintenir le contact avec le mamo et non seulement avec le système imposé par le gouvernement colombien qui ne garantit pas la continuité de nos coutumes, de nos traditions et par conséquent de Notre Culture. Ainsi, le système d'éducation étranger à notre culture, les religions issue de la Conquête constituent  des doctrines qui induisent une dégénérescence de notre cosmogonie et de notre spiritualité.

Toutes ces menaces et agressions font que beaucoup d’autochtones doutent du côté positif que peut apporter le développement à notre propre culture. Celles-ci violent l’article n°169 de l'OIT et l'Accord International des Droits Économiques, Sociaux et Culturels de l'ONU, lesquels nous protègent en tant que peuples ancestraux contre des actions externes pouvant nuire à nos modes de vie culturels et organisationnels spécifiques.

César Alberto Torres de
                      Los Besotes

En résumé, les quatre peuples autochtones de la Sierra Nevada de Chundwa (KAGGABA, IKU, WIWA, KAKACHUKWA) sommes unifiés par une seule pensée et une seule voix pour proclamer la violation de Notre Territoire et de Notre Culture Ancestrale et demander l'accomplissement et le respect de nos droits collectifs et fondamentaux.

Nous exigeons du Gouvernement colombien au niveau national et régional, des organismes multilatéraux, des agences internationales de coopération et autres sociétés publiques et privées ayant des intérêts politiques ou économiques dans la Sierra, de s'abstenir d'avancer sur des projets et des interventions qui affectent notre intégrité ethnique et territoriale, selon les principes et les critères posés dans ce document. De même, nous les incitons à reconnaître et à prendre pour modèle la Vision de l'Ordre Ancestral Territorial, notamment selon le principe du consentement préalable, libre et éclairé, en cas d’intervention dans notre Territoire Ancestral. Nous sollicitons l'appui de la société civile, des gouvernements, des organisations autochtones, sociales, des Droits de l’Homme ou environnementalistes du Monde entier, afin de préserver nos traditions spirituelles millénaires et nos territoires, et, de cette manière continuer d’accomplir notre but : maintenir l'équilibre du Monde.

Signé par les autorités traditionnelles et politiques des quatre peuples de la Sierra Nevada de Chundwa :
Le Peuple Arhuaco (Iku) : 27 000 habitants approximativement
Le Peuple Kankuamo  (Kakachukwa) : 15 000 habitants approximativement
Le Peuple Kogui (Kaggaba) : 22 000 habitants approximativement
Le Peuple Wiwa : 15 000 habitants approximativement



POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES INDIENS ARHUACOS
Le sang des Arhuacos



POUR SOUTENIR NOS ACTIONS, ADHEREZ A ARUTAM
Cotisation annuelle : 30 Euros

Association Arutam
Chemin de Vermillère
84160 Cadenet - France

Email
Femmes de Los Besotes
Accueil Actions Projets Zaparo Savoir Livres Chaman Ethnomédecine Ayahuasca