Logo
                      Arutam
Accueil Actions Projets Zaparo Savoir Livres Chaman Ethnomédecine Ayahuasca

LES INDIENS ARABELA

SONT EN DANGER !

    Les indiens Sapara côté équatorien et Arabela côté péruvien sont de proches cousins qui partagent la même langue à peu de différences près. Distants d’à peine 100 km, mais séparés par une frontière depuis plus de 65 ans, l’histoire semble les contraindre inexorablement à subir un destin similaire, celui d’être voués à disparaître en tant qu’ethnie et culture propres, puisqu’il ne reste aujourd’hui, en tout et pour tout, que 500 Sapara ou Arabela de pure souche.

Indien Arabela de Flor de Coco
Nous savons peu de choses sur ces deux ethnies, si ce n’est qu’elles s’organisaient en petits groupes de chasseurs-collecteurs de l’interfleuve se mobilisant sans cesse dans les bassins hydrographiques du Tigre et du Curaray, comme leurs voisins du nord les Huaorani, zone encadrée par deux plus grands groupes ethniques maniant l’agriculture, l’ensemble Jivaro au sud et les Siona-Secoya au nord.
Il y a cinq cents ans, toutes ces ethnies eurent à subir l’invasion des Kichwa (ou Quechua) venant des Andes qui tentaient d'échapper à la conquête espagnole. Ces derniers s’installèrent le long des grands fleuves navigables, le Napo et le Bobonaza qui se jette ensuite dans le Pastaza, en profitant des espaces inter-ethniques laissés libres pour éviter les rapts ou les agressions, mais aussi du dédain des autres ethnies pour les grandes étendues d’eau.
Ces modifications induites par la conquête puis un peu plus tard par le boom du caoutchouc ont forcément changé l’équilibre social de la région, les Kichwa puis les Jivaros se révélant les plus aptes à conquérir de nouveaux territoires ou à résister aux changements culturels. Les Arabela et les Sapara furent alors contraints soit de s’enfoncer plus loin dans la forêt, soit d’accepter le métissage avec ces nouvelles ethnies dominantes. Dès le début du XXème siècle, leur déclin était donc déjà engagé, mais la chance de vivre dans un endroit loin de toute grande voie de communication pouvait leur laisser présager une fin heureuse…
Ainsi, il y a vingt ans à peine, un dizaine de minuscules villages Sapara s’égrainaient aux sources du Rio Tigre et deux villages Arabela se cachaient dans les frondaisons d’un petit affluent du Curaray, tandis qu’un groupe non contacté de Taïgiri, probablement d’origine Huaorani, s’évertuait à rester libre de toute influence occidentale. C’était sans compter sans l’existence, inconcevable pour eux, d’immenses réserves d’or noir sous leurs pieds….
Carte de la
                      région
Si côté équatorien, l’avancée pétrolière est ralentie par un mouvement autochtone organisé et déterminé à préserver coûte que coûte les derniers grands espaces qui leur restent, aidé en cela par la conformation accidentée du terrain, il n’en va pas du tout de même côté péruvien. D’une part, les différents gouvernements ont toujours pu étouffer les revendications autochtones et d’autre part, les veines navigables de l’Amazone sont autant de routes naturelles, certes sinueuses, mais finalement très commodes. En vingt ans, remontant la frontière du sud-ouest vers le nord-est telles des fourmis attirées par le miel, des multinationales aux noms barbares pour les Indiens, Occidental, PlusPetrol, Burlington, Repsol, Perenco ou encore Petrobras se pressent et s’empressent dans la forêt sacrée.
Une barge pétrolière remonte
                    le Napo en direction du CurarayElles tissent d’abord des lignes de dynamites en étoile, comme les araignées, qu’elles font exploser de concert pour écouter l’écho magique en forme de $, signe indubitable d’une terre-mère chargée de liquide noir. Elles bourdonnent ensuite telles des libellules au-dessus de la canopée ou assourdissent les fleuves avec leurs immenses barges pour amener sans cesse des conteneurs entiers de métal ou de plastique. Elles finissent toujours par tracer des routes en y déposant de monstrueux anacondas de fer couleur rouille sur des centaines de kilomètres. Malheur à ceux qui vivent en aval, si l’un d’eux venait à se percer ! Mais pour çà, il faut le voir pour le croire et les Arabela, contrairement à d’autres, n’en sont pas encore à ce stade. Pour combien de temps encore ?

Précautions, précautions,

Notre monde a besoin de ce pétrole. Notre monde sait aussi depuis peu que sa marche en avant est en train de compromettre sa propre survie et au-delà, celle de l’humanité entière. Alors, sous la pression des ONG environnementalistes, les compagnies pétrolières sont devenues plus… prudentes. Elles vont à la rencontre des populations locales, surveillent comme le lait sur le feu leur impact sur l’environnement, ré-injectent les eaux de forage et limitent au maximum l’ouverture de routes. Mais leur manière de penser ne peut s’affranchir d’une vision du monde matérialiste et pragmatique : la forêt n’est qu’un conglomérat de ressources… économiques (ou à préserver pour l’économie de demain), alors que pour les indiens, elle est un corps vivant et sacré à respecter pour elle-même et non pour les hommes.
Un téléviseur
                    "Perenco"Dans un tel contexte, on ne sera pas surpris que les projets d’aide aux indiens qui accompagnent l’exploitation pétrolière sont plus dévastateurs que bénéfiques. Citons de nombreux exemples. Lorsque des projets se mettent en place, ils sont discutés avec quelques représentants des communautés et rarement avec l’ensemble de la population, ce qui conduit à l’émergence de la corruption à l’intérieur des groupes autochtones ou à des jalousies entre familles… Les responsables occidentaux penchent souvent pour des projets d’équipement des villages : l’électrification et le don de téléviseurs sont privilégiés, même si l’on sait parfaitement que cela va induire une acculturation rapide... Les ingénieurs agronomes enseignent aux indiens des techniques de cultures intensives inadaptées pour l’Amazonie et privilégient des choix dit à haut rendement tels que l’huile de palme ou l’élevage bovin qui rendent ensuite les indiens dépendants… Dernière idée en date, l’installation d’une fabrique de pulpe de Camu-Camu (fruit riche en vitamine C, mais nécessitant une réfrigération pour son stockage) dans… le seul village colon du Haut Curaray, comme si les techniciens s’étaient rendus compte que les indiens seraient incapables de maintenir une telle infrastructure... Pourquoi donc ne cherche-t-on des solutions économiques viables qui valorisent les liens ancestraux des indiens avec leurs forêts ?

RenacoConséquences, conséquences,

Chez les Arabela, le monde s’est accéléré au tournant de ce siècle. Avec l’arrivée des pétroliers, de nombreux employés recrutés à Iquitos ont découvert le Haut-Curaray et ses richesses tant éloignées à une semaine de navigation. Sur les rives extérieures de ses méandres, d’immenses arbres à portée de tronçonneuses. Dans ses nombreux méandres morts, une multitude de poissons prisonniers à portée de filets. Sur ses plages de sable, d’étranges reflets dorés à portée d’une drague. Dans les villages, des singes apprivoisés et des jeunes femmes à portée de main…
Dans les bars, les marchés d’Iquitos, sous les effluves alcoolisées et la chaleur moite, le fleuve Curaray, dont le nom sonne comme cri, s’est transformé dans toutes les têtes en une sorte d’Eldorado fantasmé. On l’avait oublié, celui-là ! Trop loin ! Pas assez rectiligne !

Bucherons illégauxEn quelques années, le trafic fluvial sur le Curaray a été multiplié 50. Cela a commencé par les exploitants forestiers qui se sont armés pour décourager les protestations des indiens. Ils passent les villages de nuit bien campés sur leurs radeaux assemblés de rondins de bois qui descendent en silence au fil de l’eau. Ils soudoient ensuite les gardes ou les militaires pour parvenir jusqu’aux scieries en toute tranquillité.

Derrière sont arrivés les « congeladoras », un bien étrange nom pour des pêcheurs sur des pirogues rapides qui embarquent une rangée d’anciens congelateurs en panne garnis d’un maigre pain de glace dégoulinant. Ils pêchent à la va vite dans les bras généreux du Curaray le plus loin possible des villages, obligeant les indiens à maintenant orner leurs lagunes de panneaux autant disgracieux qu’inefficaces : « Laguna comunitaria – Pesca prohibida ». Ils redescendent ensuite aussi vite que possible à la ville, sous les yeux des indiens impuissants.
Récemment aussi une drague est montée du Brésil, on dit qu’elle appartient à un élu régional… Elle est montée jusqu’à la base pétrolière et en une nuit, elle a changé le cours du fleuve en déversant un monticule énorme de sable en son centre… « Les militaires laissent faire, c’est bien là le problème » m’a confié un Kichwa dépité par tant d’intrusions et de trafic illégal sur le fleuve.

Espérances, espérances,
Un "congélateur"
                caché sous les baches
La protection des Arabela, de leur culture et de leur territoire, comme pour tous les autres peuples autochtones, passe d’abord par une prise de conscience mondiale de leurs richesses intrinsèques et de leurs droits. Elle doit se prolonger ensuite au niveau des Etats pour qu’ils s’investissent activement dans la défense des espaces naturels et de leurs habitants. Ces forêts, parmi les plus riches en biodiversité du monde, renferment les ressources de demain et stabilisent le climat mondial. Elles peuvent servir de modèles à des économies plus humaines, plus respectueuses des générations futures. Elles nous inspirent à revoir notre vision du monde et à modifier nos modes de vie. Il est donc important de nous mobiliser !

Il y a un an tout juste, les indiens de l’Amazonie péruvienne se soulevaient en masse pour faire connaître à leurs dirigeants et au monde que l’exploitation de leur région courait au désastre. A Bagua, plusieurs autochtones y ont perdu la vie. Sur le Rio Napo, les indiens Arabela et Kichwa avaient tendu un câble en travers du fleuve pour bloquer toute navigation en signe de protestation et de soutien à la révolte nationale. Peu de médias l’ont rapporté. Il fut rompu par l’armée, en coulant au passage plusieurs pirogues autochtones, afin de rétablir le cours normal des choses. Est-ce cette normalité que nous désirons ?

Aux abords des
                  scieries......la pauvreté
© Jean-Patrick Costa - Arutam - Mai 2010

Pour en savoir plus :

L’association Arutam en lien avec l’ONG péruvienne Latitud Sur souhaite mettre en place des microprojets en faveur des communautés autochtones du Rio Curaray, notamment en favorisant le tourisme solidaire à l’aide du Selva Viva, un bateau qui sillonne l’Amazonie péruvienne pour préserver la biodiversité.


Email
Le bois arrive à Iquitos
Accueil Actions Projets Zaparo Savoir Livres Chaman Ethnomédecine Ayahuasca